Japan and Me

Un regard sur le Japon (English version)

Annie Arimori Brasseur

Les arts plastiques

L'estampe japonaise m'a interpellée très tôt.
Son langage puissant réduit à l'essentiel a été déterminant dans ma recherche graphique.
Cette observation m'a aidée à sélectionner les lignes de force et à oublier le détail superflu. Un minimum de moyens pour un maximum d'expression.
La composition des estampes est une leçon permanente.
Plus tard, j'ai abordé l'encre de Chine sur papier de riz au large pinceau, technique orientale qui m'a passionnée, et pour laquelle j'ai usé beaucoup de papier. Le but n'étant pas de copier la calligraphie, tâche impossible pour ma part, mais simplement d'utiliser librement les mêmes outils dans un langage abstrait.
Intérêt pour les outils, mais également la manière de peindre. Dans le Vide et le Plein de François Cheng, écrivain, philosophe chinois, membre de l'académie française, je lis la description de l'art de peindre au sol et du sens des énergies. Ce langage universel, je le pratiquais.
Réduite à une expression de plus en plus minimale, bordant le cadre, la ligne devait trouver une autre issue: celle de la troisième dimension: la sculpture.
La sculpture a subi aussi quelques influences du pays du Soleil Levant.
Après la découverte de Tadao Ando dont je possède quelques monographies, ma vision de l'espace a été considérablement modifiée: il a exercé sur moi une réelle fascination. Quant à l'enveloppe du corps, j'ai découvert Issey Miyaké assez tôt.
Je le considère comme le plus novateur des créateurs de mode.
Une garde-robe entière dans un sac à main!
Beauté, légèreté, sobriété, élégance permanente, créativité, facilité d'entretien, je loue régulièrement les nombreuses qualités de ses vêtements inaltérables et surtout intemporels.
Savoir que ces deux créateurs ont eu des collaborations heureuses coule de source.

Le Japon

Durant une vingtaine d'années, j'avais donc partagé mes goûts avec mes fils, y compris la cuisine japonaise.
L'un d'eux a épousé une japonaise et leur mariage a eu lieu en Belgique et au Japon.
Je n'avais jamais imaginé voyager au pied du Fudji-san! Découvrir de visu les trésors tant admirés: statuaire, temples, musées, jardins, fut une révélation. L'accueil fut très chaleureux! Le port du kimono pour une européenne était un excellent moyen d'approcher la condition de la femme japonaise.
Les parents de ma belle-fille sont devenus des amis.
Nous avons deux petites filles qui fréquentent l'école japonaise de La Madeleine (Fr).
Lors d'une exposition collective à Bruxelles, j'ai rencontré Sei Arimori, peintre.
Nous nous sommes mariés quelques années plus tard.
Nous nous trouvions à Kamakura le 11 mars 2011.
Traumatisée par cette expérience, je n'y suis retournée qu'en 2013: mon mari voulait me réconcilier avec son pays.
Avec lui, j'ai visité le Japon avec les yeux de l'artiste, et il m'a guidée vers les sites les plus extraordinaires.
Le musée Nezu à Tokyo.
La vue du Mont Fudji en reflet sur le lac qui n'est pas qu'un cliché, mais l'expression de la beauté pure, les onsen dans ce paysage, les ryokan.
La balade entre deux cimes de volcans face au Mont Fudji par grand vent...
Le jardin de la maison impériale à Kyoto: Katsura rikyu.
La cuisine gastronomique.
Nara.
L'île de Myajima et son temple Senjyou kaku.
La cascade de Nachi dont Malraux témoigne dans une interview à Tadao Takemoto.
Et par dessus tout: Naoshima!
La beauté du site au milieu des îles fut un spectacle éblouissant: les architectures de Tadao Ando, en parfaite harmonie avec le site, se dissimulent par respect de la nature; on n'en découvre que des vues parcellaires. Pour les amateurs de minimalisme, ces musées sont l'écrin parfait pour accueillir James Turell, Lee Ufan...
L'hôtel Oval domine l'île, relié par un monorail automatique privé, lien entre le restaurant gastronomique, le musée et le repos.
Nous avons partagé notre belle expérience auprès de nos amis, qui n'ont pas tardé à succomber à la magie de Naoshima. On n'en revient pas indemne de ce bout de paradis.
Le simple souvenir illumine les visages: n'est-ce pas une recette du pur bonheur?
Quelle fabuleuse histoire que ce généreux mécène!
La prodigieuse revitalisation du village par ce projet de festivals d'art contemporain et création d'espaces muséaux draine un public toujours plus nombreux.

Travail

A Ryugasaki, nous avons commencé à travailler dans l'atelier de mon mari dans un grand enthousiasme.
En Belgique, invités à Antwerpen: Anna3.be, pour une exposition en duo l'été 2014, nous avons recherché ce qui nous liait dans nos démarches, et abordé le concept du MA.
Nos démarches artistiques cependant bien différentes, dialoguent.
Après un long cheminement dans l'atelier, les oeuvres parlent d'elles-même lorsqu'elles sont proposées au public. Les retours positifs font notre bonheur.

Musique

Nous partageons les mêmes goûts pour la musique dite classique que nous écoutons dans notre atelier. Nous sommes amateurs de concerts et ne manquons pas le rendez-vous annuel de Yuzuko Horigome à Bruxelles.
J'apprécie les sons si particuliers de la musique du théâtre No.
Mais aussi les chansons populaires japonaises entonnées par mon mari ensoleillent les jours gris du Nord.
Nous apprécions la danse contemporaine et comptons parmi nos amis Kyomi Ichida (Osaka, réside à Lille)

Autres créateurs japonais

Un ami de Sei Arimori, le peintre abstrait Geert Van Fastenhout (Amersfoort,Nl), nous a ouvert son univers de couleurs directement inspirées des céramiques Bizen: bleus profonds, verts bronze. De quoi rêver d'un voyage à la rencontre d'artistes céramistes dont je suis tellement admirative.
Par le biais de cadeaux reçus du Pays du soleil Levant, j'ai découvert le haut artisanat de la soie, du verre, des laques, de la porcelaine. Tous ces petits trésors dont je ne ma lasse pas, qui sont source d'inspiration, et qui stimulent le souci de perfection par leur présence familière.

Rencontres

Les amis de Sei Arimori en visite en Europe ne manquent pas une halte chez nous.
Nous visitons des villes, selon leur choix, et leur proposons une cuisine belge et des produits locaux. Le cercle d'excellents amis s'est élargi considérablement et nous en sommes ravis!

Influences

L'approche de cultures différentes ouvre des perspectives insoupçonnées.
Vivre ensemble est un enrichissement permanent.
Vivre avec un artiste japonais démultiplie les perceptions sensibles du monde, de la nature.
En vivant aux côtés de lui, ma vision du monde a changé: je redécouvre la nature et la respecte davantage.
La médecine orientale, les exercices physiques, les bienfaits des bains et massages, l'intérêt pour le bien-être du corps procurent un bon équilibre, garant d' une bonne santé.
L'alimentation plus saine, le thé vert salutaire sont autant d'enseignements de la culture japonaise.

Dans notre projet de maison contemporaine, nous avons tiré les leçons de l'ensoleillement de la demeure impériale de Kyoto, hé oui, nous avons modifié sensiblement nos plans!
L'idéal de la maison japonaise reste cependant un rêve car les matériaux nobles sont prohibitifs.
Quant au jardin, nous avons en projet un jardin de mousses et un jardin sec...
Voilà donc de belges projets aux couleurs du Japon!